Coup d’œil dans le “néo-rétro”

Le vintage séduit de plus en plus les consommateurs à la recherche d’authenticité et de tradition. Les entreprises l’ont bien compris, le « néo-rétro » est un business florissant… et l’univers des motos n’échappe pas à la tendance !

RETOUR AUX SOURCES

Le style des années 70-80 revient sur le devant de la scène. Il y a quelques années, seuls les plus passionnés se rendaient dans les brocantes ou sur des sites web spécialisés pour dénicher les bonnes affaires d’autrefois. Aujourd’hui, le rétro est devenu un véritable business pour les entreprises. En effet, avec leurs café racer elles jouent la carte de la nostalgie du vécu pour les générations qui ont connu le produit initial et la nostalgie par procuration pour les nouvelles générations séduites par les centres d’intérêts de leurs parents. Les consommateurs pensent que le produit a simplement été dépoussiéré alors qu’en réalité, le processus de production a été totalement optimisé.
Il y a là, un véritable intérêt pour les entreprises qui vont miser sur les succès d’antan. Le rétro est devenu un gage de qualité et de savoir-faire dont les consommateurs raffolent à l’heure où la consommation de masse et l’obsolescence programmée sont à leur apogée. Les marques vont ainsi séduire et rassurer les consommateurs en accentuant la communication sur l’aspect traditionnel et authentique des produits.

LES MOTOS SUCCOMBENT A LA MODE !

Dans l’univers des deux-roues, les motos classiques séduisent jeunes et moins jeunes motards qui ne vont pas hésiter à améliorer et customiser leur bolide des années 70-80 dans le style vintage. L’esprit de liberté qu’inspirent ces modèles fait rêver les différentes générations, nostalgiques d’une époque qu’elles ont connue ou non.
Pour surfer sur la tendance, les constructeurs eux-mêmes se sont lancés dans la production de modèles « néo-rétro » dont le style classique a été modernisé. Honda a été le premier à saisir cette opportunité avec la CB1100 EX dont l’objectif était de commercialiser « une moto comme on faisait autrefois » selon le constructeur. BMW a sorti la R nineT Café Racer marquée par son moteur tape-à-l’œil à l’occasion des 90 ans de la marque. Ducati, de son côté, a lancé sa Scrambler en six versions ultra-personnalisables pour séduire le plus grand nombre. Le japonais Kawasaki a misé sur le modèle W800, descendante de la W1 produite fin des années 60, pour plonger les passionnés dans le passé. Quant à Yamaha, son modèle XSR 700 est basé sur trois modes électroniques de conduite qui s’adaptent au gré de l’humeur du motard.

[easingslider id=”20151″]

03/05/2017